Tapez pour rechercher

POLICE / PRISON

Un policier en service viole, bat, urine sur une femme, plaide coupable - AUCUNE PRISON

Republié avec la permission de Le projet de pensée libre, par Matt Agorist. Comté de Johnson, AR - L'ancien député Robert Retford, du département du shérif du comté de Johnson, a été arrêté en novembre dernier sous des accusations d'agression sexuelle. Sa victime présumée aurait apparemment cherché de l'aide auprès du député quand elle aurait déclaré l'avoir battue, violée et déféquée, et l'avait obligée à boire son urine. Ce mois-ci, Retford a plaidé coupable d’avoir agressé sexuellement la femme et ne passera pas une seule journée en prison.

L'accord sur le plaidoyer privilège bleu a été négocié la semaine dernière et pour avoir avoué les crimes odieux commis contre sa victime, il n'a été condamné qu'à six ans de probation - pas de prison.

Le point de presse local a déclaré ne pas divulguer les noms des victimes présumées. Cependant, cette affaire était différente. Selon 40 / 29 News, dans ce cas, la femme a demandé à être identifiée et souhaite que tout le monde sache ce que la sous-ministre lui a dit.

Dans leur rapport sur l'incident, 40 / 29 appelé la victime comme Shanna.

«Cet homme m'a violée», a déclaré Shanna.

En septembre 2016, la police a répondu à un conflit familial entre Shanna et son petit ami. Selon Shanna, Retford a proposé de l’éloigner de la situation, alors elle est montée dans sa voiture avec lui. Shanna a déclaré aux enquêteurs que, pendant que le couple était dans la voiture, Retford avait commencé à lui caresser l’entrejambe, puis à la faire toucher à l’entrejambe.

Malgré le contact de l’entrejambe dans la voiture, Shanna a déclaré qu’elle avait été emmenée dans un hôtel de Clarksville le soir même et que Retford l’avait laissée sans surveillance. Au lieu de cela, Retford a remis sa carte à la victime en détresse et qui aurait été récemment agressée sexuellement, et lui a dit de l'appeler le lendemain matin.

Apparemment figée de peur, Shanna est restée à l'hôtel, puis a appelé la sous-ministre le lendemain matin, heure à laquelle Retford l'a prise avec elle.

Shanna a déclaré à la police que Retford l'avait ensuite emmenée chez un ami où il l'avait battue à l'aide d'un bâton ou d'une lampe de poche.

«Après cela, expliqua Shanna, il m'a fait boire son urine. Il m'a dit de prendre plaisir à être couvert de sa pisse, c'est ce qu'il a dit.

"Je pense qu'il fait peur, ça me fait peur juste de parler de lui", a déclaré Shanna.

Dans une interview avec Nouvelles 40 / 29, Shanna leur a dit qu'elle prenait de la drogue lorsque l'agression s'est produite et qu'elle ne se souvient pas si elle a dit à l'adjointe d'arrêter.

"Je ne sais pas, je suppose que je suis en quelque sorte gelée", a déclaré Shanna. "Je ne pense pas avoir rien dit, je ne pense pas pouvoir parler, je ne sais pas."

Selon le shérif Larry Jones du comté de Johnson, Retford a été immédiatement suspendu en septembre après que l'incident eut été signalé. Cependant, il a démissionné quatre jours plus tard seulement, décision prise par de nombreux officiers de police accusés d'un crime pour échapper à l'obligation de rendre des comptes et échapper à l'obligation de rendre des comptes.

Lorsque le Free Thought Project a rapporté cette histoire l'année dernière, Retford a été condamné à des années de prison 10. Cependant, parce que le système de justice en Amérique est brisé, Retford est un homme libre.

Comparez le cas de Retford à une récente sentence prononcée contre un homme en Louisiane pour possession de cannabis et vous verrez à quel point le système est corrompu et corrompu. Alors que Retford évitera la prison pour avoir battu, violé et uriné une femme, Gary Howard a été reconnu coupable de «possession de marijuana dans l'intention de la distribuer» et un juge de la paroisse de Caddo a prononcé une peine de 18 - un an pour chaque gramme de cannabis.

Les policiers qui se présentent pour aider les gens et les agressent à la place sont un phénomène beaucoup trop courant et s’échappent sans peine ni peine.

Après qu'une victime anonyme ait été battue par un assaillant fin de l'année dernière, contre qui elle avait une ordonnance restrictive, elle a appelé la police. Lorsque la police est arrivée, ils ont arrêté son agresseur et sont partis. Cependant, quelques heures plus tard, le cap. Benjamin Candelaria, 48, reviendrait, couvrirait sa caméra corporelle et agresserait sexuellement la victime, selon le rapport d'arrestation.

Ancien soldat d'état, âgé de 36 Samuel H. McHenry II a réussi à s'en sortir avec un minimum de temps de prison après avoir violé une victime d'accident de voiture et l'avoir laissée coincée après.

Officier Micah Meurer ra répondu à un appel chez une femme âgée de 22, au nord-ouest d’Amarillo, l’année dernière, alors qu’elle était en détresse. L'officier a ensuite été licencié après avoir appris que Meurer s'était fait prendre de force et l'avait violée.

Karl Fields, un officier de police de Chattanooga, dans le Tennessee, a été accusé de harcèlement sexuel et de harcèlement criminel d'une victime de viol qu'il prétendait avoir aidé dans une affaire pénale.

Fields aurait suivi la femme, se garant devant sa maison à plusieurs reprises et la contactant fréquemment.

Selon une action en justice récemment intentée par la victime, Fields a tenté de l'appeler 73 plusieurs fois en une nuit et lui envoyait souvent des SMS lui demandant de prendre des photos de nudité et de formuler des demandes obscènes.

Lire la suite à http://thefreethoughtproject.com/cop-raping-beating-guilty-probation/#q8cpSXSyYUI2KpSV.99

Si cet article vous a plu, pensez à soutenir les informations indépendantes et à recevoir notre bulletin trois fois par semaine.

Mots clés:
Lauren von Bernuth

Lauren est l'un des cofondateurs de Citizen Truth. Elle est diplômée en économie politique de l’Université de Tulane. Elle passa les années suivantes à voyager à travers le monde et à créer une entreprise verte dans le secteur de la santé et du bien-être. Elle retrouva le chemin de la politique et découvrit une passion pour le journalisme, vouée à la recherche de la vérité.

    1

Commentaire

  1. Renee 10 mai 2017

    À qui nous plaignons-nous? Y a-t-il une pétition?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.