Tapez pour rechercher

MOYEN-ORIENT

Les Palestiniens réclament justice après le rapport de l'ONU sur le recours excessif à la force par Israël

Ville de Gaza. (Photo: blhphotography)
Ville de Gaza. (Photo: blhphotography)

«Nous espérons que l'occupation sera traduite en justice et punie. Nous espérons que les soldats de l'occupation seront punis par les tribunaux internationaux ».

En mars, les Nations Unies ont publié un rapport sur la bande de Gaza et l'utilisation de la force par Israël à 2018 contre des manifestants palestiniens à la frontière entre Gaza et Israël.

Le rapport des Nations Unies suggère que l'utilisation de la force par Israël contre les manifestants à la frontière de Gaza était disproportionnée et avait causé de nombreuses morts et des milliers de blessés.

Le rapport du panel indique également que l'armée israélienne pourrait avoir commis des crimes de guerre contre des manifestants civils. le Le panel a remis ses conclusions à Michele Bachelet, chef des droits de l'homme des Nations unies, qui pourrait confier l'affaire à la Cour pénale internationale aux fins de poursuivre les responsables de l'armée israélienne.

Le rapport de l'ONU accueilli et suscite l'espoir que justice soit rendue

La famille de Jamal Mohammad Misleh, un adolescent âgé de 20, qui a été abattu par un tireur isolé israélien à la frontière est du centre de la bande de Gaza, a exprimé l’espoir que le meurtrier de leur fils ne resterait pas impuni.

Portrait de Jamal Misleh (Photo: Rami Almegheri)

Portrait de Jamal Misleh (Photo: Rami Almegheri)

Jamal lui-même est l'un des nombreux hommes, femmes et enfants palestiniens de 260, qui ont été tués lors des manifestations 2018 le long de la frontière entre Gaza et Israël, dans ce que les Palestiniens ont appelé la Grande Marche du Retour.

«Nous espérons que l'occupation sera traduite en justice et punie. Nous espérons que les soldats de l'occupation seront punis par les tribunaux internationaux. Ces soldats ont coûté la vie à nos enfants et fait beaucoup de blessés. Nous espérons tous que nos droits seront rétablis », a déclaré Tahrir Misleh, mère de feu Jamal, au Citizen Truth, au domicile familial situé dans le camp de réfugiés de Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza.

Une autre mère en deuil, Samira Albaz (Um Iyad), du camp de réfugiés de Nueirat, situé à proximité, a fait écho au même espoir lorsque Citizen Truth l'a rencontrée chez sa famille.

«Nous appelons le monde entier à nous aider, Palestiniens, à nous débarrasser de l'occupation israélienne et du blocus de Gaza. Nous attendons avec impatience la fin et mon fils est l’un des nombreux morts d’Israël. Mon fils, Montaser, avec beaucoup d'autres, a défendu son droit de vivre dans la dignité. Bien que leurs manifestations aient été très pacifiques et non violentes, l'armée israélienne les a tous tués délibérément et en a blessé plusieurs milliers d'autres », a déclaré Samira Albaz, fils de Montaser Albaz, fils palestinien de 18, au domicile de sa famille dans le camp de réfugiés de Nusierat.

"Ces cours internationales de justice devraient rapidement traduire en justice les soldats de l'occupation israélienne, afin de les tenir responsables des crimes commis contre mon fils et d’autres. Aucune mère au monde ne peut supporter la mort de son fils bien-aimé, personne! Bien que j'essaie de pratiquer ma vie quotidienne, chaque soir, quand je pose ma tête sur mon oreiller, je commence à pleurer jusqu'à ce que je m'endorme avec une grande tristesse », a ajouté Albaz.

Montaser Albaz (Photo: Rami Almegheri)

Montaser Albaz (Photo: Rami Almegheri)

Le doute abonde: «Je ne peux jamais croire que ce rapport va faire quelque chose."

Dans la partie orientale du camp de réfugiés d'Alburaij, près du domicile de Montaser, se trouve le domicile de Mohannad Abu Tahoun. Tahoun est un autre jeune Palestinien âgé de 20 qui a été abattu par un tireur d’élite de l’armée israélienne dans le centre de la bande de Gaza.

«Mon fils a apparemment été abattu à la tête par un tireur d’élite, tout à l’est du camp de réfugiés d’Alburaij, alors que lui-même et de nombreux autres hommes de la localité manifestaient pacifiquement il ya plusieurs mois. En fait, je doute que le monde agisse cette fois, je ne pense pas qu'Israël agisse dans le respect des lois internationales. Israël agit maintenant au-dessus des lois et, malheureusement, il est totalement soutenu par les États-Unis. En outre, les positions de certains pays arabes à l'égard d'Israël, principalement des mesures de normalisation, ont aidé Israël à poursuivre ses actions brutales contre le peuple palestinien, notamment le meurtre de nos enfants. , poursuivant la construction de colonies de peuplement illégales en Cisjordanie et fermant les yeux sur une véritable paix avec les Palestiniens. De précédents rapports similaires de l’ONU avaient échoué, et comment ce nouveau succès at-il réussi? Comment cela se fait-il? »Baker Abu Tahoun, père de feu Mohannad et de cinq autres enfants, a déclaré à Citizen Truth.

Le père de Mohannad Abu Tahoun s'entretient avec Rami Almeghari, journaliste à Citizen Truth. (Photo: Rami Almeghari)

Le père de Mohannad Abu Tahoun s'entretient avec Rami Almeghari, journaliste à Citizen Truth. (Photo: Rami Almeghari)

Parmi les personnes touchées par les actions de l'armée israélienne le long des frontières orientales de Gaza, figurent plusieurs milliers de jeunes Palestiniens et d'enfants, qui ont été blessés par balle par des tireurs isolés de l'armée israélienne.

Tareq Alsa'dy, père de trois jeunes enfants, âgé de 28, s'est entretenu avec Citizen Truth à son domicile dans le camp de réfugiés de Maghazi. L’homme s’appuie sur un déambulateur après avoir reçu une balle dans les jambes. L'un des coups de feu était une balle explosive. Tareq attend maintenant une opération chirurgicale à la jambe droite.

«Je ne peux jamais croire que ce rapport va faire quelque chose. Je ne sais pas vraiment quoi dire. À Gaza, nous ne sommes que des réfugiés sans défense et Israël est un État. Je ne m'attends jamais à ce que ce rapport contienne des actions concrètes », a déclaré Tareq au Citizen Truth.

Mohammad Almalak, un homme âgé de 25 originaire du camp de réfugiés de Nuseirat, situé dans la bande de Gaza au centre du pays, a également été blessé par balle. En conséquence, sa jambe droite est fracturée et il doit être opéré.

«J'espère que toute action de la part d'organismes mondiaux, y compris des Nations Unies, mènera éventuellement à un meilleur traitement de ma jambe. Ici, les médecins locaux ne peuvent pas intervenir à cause d'un éclat d'obus dans ma jambe. On m'a informé que mon traitement pourrait être mené à bien avec succès, en dehors de la bande de Gaza », a déclaré Mohammad au Citizen Truth chez lui, à Nusierat.

Avant la blessure, il y a plusieurs mois, Mohammad travaillait dans une usine de dessalement d'eau potable locale, distribuant de l'eau aux ménages locaux. Dans l'attente de l'opération, Mohammad bouge faiblement à l'aide d'un bâton.

Depuis mars 30 de l’année dernière, des foules de Palestiniens manifestent chaque semaine le long des frontières orientales de Gaza. La marche vise à affirmer le droit des réfugiés palestiniens de retourner dans leur patrie historique palestinienne et à tenter de lever le blocus imposé à Gaza par Israël depuis un an.

Les organisateurs de Great March Respond

Les organisateurs du grand retour ont salué le rapport de l'ONU et espéré que des mesures concrètes seront prises pour que justice soit rendue aux Palestiniens à Gaza.

«Nous avons décidé d'utiliser des méthodes pacifiques et avec ce rapport de l'ONU, qui se déroule pendant le déroulement d'une telle lutte pacifique, le rapport lui-même est différent des précédents. Cela voudrait dire que la marche a été reconnue internationalement. C’est probablement le premier type de rapport publié alors que la lutte elle-même se poursuit. Nous espérons seulement que le rapport forcera l'occupation israélienne à mettre fin à ses actions brutales contre les manifestants pacifiques. Le vrai soulagement pour les familles endeuillées devrait être de demander à l'armée israélienne de rendre des comptes, puis de punir les crimes qu'elle a commis jusqu'à présent contre des manifestants palestiniens », Essam Hammad, membre du comité de la communication juridique et internationale de la Grande Marche du Retour, a dit au citoyen vérité.

Selon le ministère palestinien de la Santé basé à Gaza, les tirs de l'armée israélienne ont coûté la vie à plus de 260 Palestiniens, y compris des enfants, des femmes, des ambulanciers et des journalistes. Le nombre de blessés a dépassé 20,000, dont 134 ont été amputés d'un membre.

«La communauté internationale devrait nous aider à nous débarrasser de l'occupation et du blocus. Mon fils et beaucoup d'autres ont protesté pour des raisons de dignité et de vie normale », a déclaré Samira Albaz.

Si cet article vous a plu, pensez à soutenir les informations indépendantes et à recevoir notre bulletin trois fois par semaine.

Mots clés:
Rami Almeghari

Rami Almeghari est un écrivain, journaliste et conférencier indépendant indépendant basé à Gaza. Rami a contribué en anglais à plusieurs médias dans le monde entier, dont la presse écrite, la radio et la télévision. Vous pouvez le joindre sur facebook sous le nom de Rami Munir Almeghari et par courrier électronique au [EMAIL PROTECTED]

    1

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.