Tapez pour rechercher

AFRIQUE

Soutien à la proposition du Maroc pour l'autonomie du Sahara occidental réitéré à la CDH

Rassemblement des troupes sahraouies, près de Tifariti (Sahara occidental), célébrant le 32ème anniversaire du Front Polisario.
Rassemblement des troupes sahraouies, près de Tifariti (Sahara occidental), à l'occasion du 32ème anniversaire du Front Polisario. (Photo: Saharauiak)

La République démocratique arabe saharienne et le Maroc se sont battus pour la souveraineté sur le Sahara occidental depuis les 1970.

Lors d’une réunion du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, le soutien à la proposition du Maroc pour l’autonomie du Sahara occidental, une initiative initialement proposée par 2006, a été réitéré dans une déclaration commune des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique.

La proposition est la solution espérée par le Maroc pour le conflit du Sahara Occidental et accorderait l'autonomie à la région, bien qu'elle reste sous la souveraineté marocaine et que le Maroc contrôle les affaires de défense et les affaires étrangères.

Conflit au Sahara Occidental

Carte pour le conflit territorial marocain

Carte pour le conflit territorial marocain

Le Sahara occidental est une région peu peuplée, principalement désertique, située sur la côte nord-ouest de l’Afrique. C'était une colonie espagnole avant son annexion par le Maroc en 1975. Depuis lors, il s’agit d’un territoire disputé, principalement situé sur la côte nord-ouest de l’Afrique, entre le Maroc et ses habitants autochtones sahraouis, qui sont dirigés par le Front Polisario. Le Polisario et le Maroc ont tous deux recherché la reconnaissance internationale en tant que souverains de la région. Le Polisario est largement soutenu par l'Algérie tandis que le Maroc est soutenu par les États-Unis, l'Arabie saoudite et la France.

Le Polisario a formé la République démocratique arabe saharienne (RASD) en 1976, qui est maintenant reconnue par de nombreux gouvernements et est membre à part entière de l'Union africaine. Le Polisario a rejeté la proposition marocaine et a présenté sa propre proposition peu de temps après.

Selon la BBC, une trêve négociée par l’ONU a été négociée dans 1991 et a promis un référendum sur l’indépendance, mais le vote n’a pas encore eu lieu. La trêve a également conduit à la création d'une bande tampon avec des mines terrestres et des fortifications qui s'étend sur toute la longueur du territoire litigieux et sépare la partie occidentale sous contrôle marocain de la partie orientale sous contrôle du Front Polisario.

Dans la déclaration faite mardi à la CDH, "le groupe pour l'intégrité territoriale du Maroc" a souligné l'importance de la proposition du gouvernement marocain et a souligné que le Conseil de sécurité des Nations Unies avait précédemment considéré la proposition comme le seul moyen de sortir du conflit territorial de temps.

Le groupe qui soutient la proposition marocaine comprend l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Qatar, Bahreïn, le Koweït, le Sultanat d’Oman, la Jordanie, les Comores, le Gabon, le Burundi, Djibouti, le Sénégal, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo et la Guinée.

On dit que le Sahara occidental contient des réserves de phosphate, des eaux de pêche riches et des gisements de pétrole offshore inexploités

Selon Western Sahara Resource Watch, en janvier 2002, M. Hans Corell, Secrétaire général adjoint aux affaires juridiques de l'ONU, a écrit au Conseil de sécurité que «si les activités d'exploration et d'exploitation devaient se poursuivre au mépris des intérêts et des souhaits de la population du Sahara occidental, elles seraient en mesure de: violation des principes du droit international ".

Quoi qu'il en soit, la compagnie pétrolière nationale marocaine ONHYM a donné de nombreuses licences pour l'exploration et la production de pétrole au Sahara Occidental.

Si cet article vous a plu, pensez à soutenir les informations indépendantes et à recevoir notre bulletin trois fois par semaine.

Mots clés:
Rami Almeghari

Rami Almeghari est un écrivain, journaliste et conférencier indépendant indépendant basé à Gaza. Rami a contribué en anglais à plusieurs médias dans le monde entier, dont la presse écrite, la radio et la télévision. Vous pouvez le joindre sur facebook sous le nom de Rami Munir Almeghari et par courrier électronique au [EMAIL PROTECTED]

    1

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.