Tapez pour rechercher

AMÉRIQUES

Ola Bini, pionnier de la protection de la vie privée dans le secteur de la technologie, libéré à l'issue des 70 jours de détention extrajudiciaire en Équateur

Ola Bini, militante de la protection de la vie privée et amie de Julian Assange, parle à Démocratie maintenant après sa libération de la prison équatorienne (Photo: capture d'écran YouTube)
Ola Bini, militante de la protection de la vie privée et amie de Julian Assange, parle à Démocratie maintenant après sa libération de la prison équatorienne (Photo: capture d'écran YouTube)

Après 70 jours en détention préventive sans accusation formelle, la demande d'habeas corpus d'Ola Bini a été acceptée et peu de temps après, il a été libéré de prison.

(Par Zoe PC, Peoples Dispatch) La militante de la protection de la vie privée et développeur de logiciels Ola Bini, qui vivait dans une prison équatorienne pendant quelques jours, a été libérée fin jeudi, juin 70, après que la Cour provinciale de justice de Pichincha eut accepté le décret d'habeas corpus. demandé par lui. Bini, citoyen suédois, était en détention préventive alors même que le procureur général équatorien n'avait formalisé aucune accusation à son encontre et n'avait présenté aucun élément de preuve. Cependant, il ne sera pas autorisé à quitter l'Équateur avant d'avoir prouvé son innocence.

La décision du tribunal d'accepter l'habeas corpus a été célébrée par des activistes en Équateur et dans le monde entier qui ont ralliés autour de Ola et son combat pour la liberté. Depuis son arrêter en avril 11, le cas de Bini a été entaché de violations et d'irrégularités. Les défenseurs des droits de l’homme et les défenseurs de la vie privée ont également dénoncé les nature politique de la détention de Bini.

En mai, 29, un juge équatorien libération sous caution de Bini bien que son cas ne remplisse aucune des conditions requises pour ne pas lui accorder de caution. Le juge a fait valoir que, étant donné que le procureur général n'avait pas estimé le préjudice causé par Bini ni engagé de poursuites contre lui, il serait impossible de fixer un montant de la caution. Il lui était interdit d'assister physiquement à l'audience et devait y participer par vidéoconférence.

En sortant de l'audience jeudi, Ola Bini s'est adressée à la presse et à ses avocats et a averti: «Je ne suis pas libre, c'est faux. Je sors de prison demain mais je ne suis pas libre tant que cette enquête illégitime est en cours, tant que dure cette persécution illégale, je ne serai pas libre. Mais nous prouverons mon innocence et ce sera fini!

Quelques heures plus tard, alors qu'il sortait de prison, Ola a exprimé sa gratitude envers toutes les personnes qui l'avaient soutenu et soutenu dans son cas:

«J'aimerais remercier le peuple équatorien. Je tiens à remercier tout le monde dans le monde. Je tiens à remercier mon équipe - tout le monde - de croire en moi. Aujourd'hui, nous avons prouvé mon innocence pour la première fois et nous continuerons de le prouver. Je tiens à remercier les juges d’avoir montré ce que nous disons depuis le début: le processus est illégal et j’ai été détenu illégalement. Et je tiens à exprimer mes sincères remerciements pour tout le soutien et l'amour de mes parents, de ma famille et de tous ceux qui se trouvent à l'extérieur. Merci tout le monde."

#OlaBini salió de prisón. «Je ne crois pas que ce soit in vitro pour la première fois et pour le moment. Quiero agradecer à los jueces de la plupart des gens qui ont besoin de savoir ce qui se passe, ce qui est proclamé est en train de devenir une loi sur les droits des femmes ». pic.twitter.com/JYzPsIDAGV

- Sol Borja (@mariasolborja) 21 juin 2019

Une des conditions de sa libération imposée jeudi par les juges est que chaque vendredi, Bini devra se présenter au bureau du procureur. Vendredi dernier, c'était sa première apparition et, en route, il s'est adressé aux médias équatoriens et internationaux. Bini a profité de l'occasion pour affirmer son innocence ainsi que son désir de rester en Équateur et de se conformer aux exigences légales en la matière et de mener ce processus à son terme.


Cet article est produit en partenariat avec Expédition des peuples Globe-trotter, un projet de l'Independent Media Institute.

Zoe PC est journaliste avec Expédition des peuples et des rapports sur les mouvements de population en Amérique latine. Elle est également associée au Congreso de los Pueblos en Colombie.

Si cet article vous a plu, pensez à soutenir les informations indépendantes et à recevoir notre bulletin trois fois par semaine.

Mots clés:
Invité Message

Citizen Truth republie des articles avec l'autorisation de divers sites d'informations, organisations de défense des droits et groupes de surveillance. Nous choisissons des articles qui, à notre avis, seront informatifs et d’intérêt pour nos lecteurs. Les articles choisis contiennent parfois un mélange d’opinions et d’actualités, celles-ci étant celles des auteurs et ne reflétant pas les vues de Citizen Truth.

    1

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.